[CYCLE 3 SEANCE 3] cycle 3 séance de clôture du séminaire : Traces et signes des réseaux et des infrastructures techniques, marqueurs identitaires des territoires urbains : les usages augmentés du territoire

 

ville flux nuit

Cher-e-s ami-e-s,

Nous nous retrouvons, mercredi 22 Mai 2013, de 10h à 12h30, pour la dernière séance du cycle 3 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

Traces et signes des réseaux et des infrastructures techniques, marqueurs identitaires des territoires urbains : les usages augmentés du territoire.

  Pour rappel, le cycle 3 a pour thématique principale : 

Nouveaux paradigmes urbains : aménagements, résistances et régulations dans la ville 2.0

ATTENTION CHANGEMENT DE LIEU

 La séance aura lieu dans la Grande Salle du site de Jourdan de l’ENS

(48 Bd Jourdan, Paris 75014, transports : RER B Cité Universitaires, Ligne 4 Porte d’Orléans, Bus 38 Porte d’Orélans)

 Nous vous proposons de nous réunir encore une fois, afin de construire ensemble une synthèse critique des discussions menées lors du troisième cycle de Visions Urbaines, et de revenir sur les grandes questions qui ont posé débat lors des deux dernières séances. Quels usages des nouvelles technologies pour fabriquer quelle ville? Nous invitons tous les précédents intervenants, et les participants aux table-rondes de nous rejoindre pour cette séance de clôture du semestre.

Après une introduction rapide des enjeux de cette séance, la première intervention de Melissa Bellesi (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy) portera sur : « La métamorphose des lots, Mémoire toponymique et modulation typologique ». Ses recherches doctorales la conduisent à expérimenter de nouvelles méthodes d’expertise du territoire, qu’elle nous exposera à travers d’un cas d’enquête monographique.

Une double intervention en écho s’ensuivra de Martin Tironi et David Pontille (Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines ParisTech-CNRS UMR 7185) sur : « Le souci des infrastructures urbaines, vers une écologie de la maintenance ». Cette communication vise à prendre au sérieux la vulnérabilité et la fragilité des infrastructures urbaines dédiées à la mobilité. S’appuyant sur le cas de la signalétique du métro parisien et du programme de vélos en libre-service Vélib’, elle mettra en lumière différentes opérations qui assurent jour après jour leur permanence et leur efficace. Plutôt que de considérer ces infrastructures urbaines comme des objets naturellement stabilisés et prêts à l’emploi, l’enjeu est de documenter l’importance du travail de maintenance dans les agencements sociomateriels qui composent l’écologie urbaine.

Nous nous retrouverons tous à la suite de ces intenses échanges autour d’un pot de clôture du séminaire-atelier !

Nous vous invitons à vous inscrire en écrivant à visionsurbaines [AT] gmail [DOT] com ainsi qu’à diffuser l’invitation à ce séminaire à qui de droit.

À mercredi prochain !

 N’hésitez pas à nous envoyer des propositions d’articles, de recensions et à nous signaler des colloques pour enrichir le carnet de recherche en ligne de Visions Urbaines : http://www.arvu.hypotheses.org . Vous pouvez toujours contribuer à la page Facebook @VisionsUrbaines et via Twitter également

TRANSPORT POUR SE RENDRE AU SEMINAIRE :

GRANDE SALLE, École Normale Supérieure, site de Jourdan, 48 Bd Jourdan, Paris 75014 (transports : RER B Cité Universitaires, Ligne 4 Porte d’Orléans, Bus 38 Porte d’Orélans)

 

[CYCLE 3 SÉANCE 2] Smart Cities, technologies numériques et aménagement : du contrôle vertical, des usages horizontaux et de l’appropriation transversale des territoires

Nous nous retrouvons, mercredi 15 Mai 2013, pour la deuxième séance du cycle 3 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

smart city

 Smart Cities, technologies numériques et aménagement : du contrôle vertical, des usages horizontaux et de l’appropriation transversale des territoires.

 Pour rappel, le cycle 3 a pour thématique principale : Nouveaux paradigmes urbains : aménagements, résistances et régulations dans la ville 2.0

La séance aura lieu en salle info 2, de 10h00-12h30, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Pour mettre en perspective et poursuivre la discussion de la première séance du cycle 3 de Visions Urbaines autour de la définition des termes de hacking, de marginalité, de ville numérique, nous proposons dans un premier temps de revenir sur les conclusions tirées de nos précédents échanges, avant d’ouvrir un nouveau front de débat qui portera sur les usages et différentes expressions de la « smart city » dans les fabriques contemporaines de la ville.

 Après une introduction des enjeux de cette séance, la première intervention de Flaminia Paddeu tentera ainsi de mettre en perspective les précédents débats, à partir d’un terrain d’enquête particulier, celui des « territoires créatifs » de la ville de Détroit. Son intervention s’intitule : « Articuler déclin et créativité: les arts urbains à Detroit pour une sortie de crise? », et sera poursuivi par un échange avec les participants au séminaire-atelier doctoral, pour clôre les échanges fructueux qui avaient éclos.

 Nous recevrons également Leon Arellano Lechuga, qui discutera un nouveau paradigme dans la production architecturale et urbaine dans le cadre de la communication suivante : «Les archives numériques dans la conception architecturale»Au-delà de la révolution déclenchée par les logiciels de dessin et conception, l’introduction de l’ordinateur a été porteuse d’autres innovations dans la conception architecturale, dont les archives numériques en seraient une des majeures. À travers l’ethnographie du travail quotidien en agence d’architecture, les archives numériques se révèlent, en effet, être un puissant et indispensable panoptique qui permet de reconfigurer une diversité inédite de matériaux de conception, non sans un travail constant et ardu de formalisation, organisation et accumulation. La riche intervention laissera place à un échange avec la salle.

La parole sera donnée à Sally Lanar, qui orchestrera l’intervention finale de ce séminaire-atelier, avec une intervention en anglais intitulée : « Where were you? : The use (or misuse) of Facebook for locating friends »

 Nous vous invitons à vous inscrire en écrivant à visionsurbaines [AT] gmail [DOT] com ainsi qu’à diffuser l’invitation à ce séminaire à qui de droit.

 Et n’oubliez pas de noter également sur votre agenda la séance de clôture de Visions Urbaines :

Traces et signe des réseaux et des infrastructures techniques. Marqueurs identitaires des territoires urbains, les usages augmentés du territoire.

Qui aura lieu le

mercredi 22 Mai 2013, 10h-12h30

GRANDE SALLE, École Normale Supérieure, site de Jourdan, 48 Bd Jourdan, Paris 75014

(transports : RER B Cité Universitaires, Ligne 4 Porte d’Orléans, Bus 38 Porte d’Orélans) 

N’hésitez pas à nous envoyer des propositions d’articles, de recensions et à nous signaler des colloques pour enrichir le carnet de recherche en ligne de Visions Urbaines : http://www.arvu.hypotheses.org . Vous pouvez toujours contribuer à la page Facebook @VisionsUrbaines et via Twitter également

Savoirs techniques, activisme politico-religieux, technologie de la mobilisation dans l’espace urbain à Lyon au XVIe

griffarins

Vous trouverez ici une bibliographie indicative des principales études qui servirent à la préparation de l’intervention sur les troubles à Lyon dans le milieux des imprimeurs.

Bonne lecture, n’hésitez pas à nous signaler en commentaires d’autres références.

Dominique Varry : « Lyon’s printing and booksellers from the fifteenth to the nineteenth century », Printed Matters. Printing, publishing and urban culture in Europe in the modern period, edited by Malcolm Gee and Tim Kirk, Aldershot, Burlington, Singapore, Sydney, Ashgate, 2002, P. 30-47.

Guy Lemarchand, « Troubles populaires et société. Vues nouvelles sur l’Ancien Régime. », Annales historiques de la Révolution française, 328 | 2002, 211-223

Judith Revel « Michel Foucault : repenser la technique », Tracés 1/2009 (n° 16), p. 139-149

Roger Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands, 2 vol., Paris, 1971

Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Le Seuil, Paris, 2002, 620 pages

Jean Guillemain, « Renaissance et réforme », dossier pédagogique de la BNF, http://classes.bnf.fr/livre/arret/histoire-du-livre/renaissance/02.htm

Christopher Hill, Collected essays, t. III People and ideas in xviie century England, Brighton, 1986

Robert Mandrou, De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles. La Bibliothèque bleue de Troyes, Paris, 1964, 2e éd. revue 1975

Michel Vovelle, Idéologie et mentalités, Paris, 1982 Christian Jouhaud, dans dir. A.Burguière, J. Revel, Histoire de la France, t. III; L’État et les conflits, Paris, 1990

Robert Muchembled, L’invention de l’homme moderne. Sensibilités, mœurs et comportements collectifs sous l’Ancien Régime, Paris, 1988

Gilles Bastin « La presse au miroir du capitalisme moderne », Réseaux 5/2001 (no 109), p. 172-208

[CYCLE 3 SÉANCE 1] L’ère numérique des marges urbaines : arts urbains, pollutions et nuisances digitales, activisme transnational et initiatives citoyennes

Metropolis

Bonjour à tous,

Nous nous retrouvons, mercredi 24 Avril 2013, pour la première séance du cycle 3 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

 L’ère numérique des marges urbaines : arts urbains, pollutions et nuisances digitales, activisme transnational et initiatives citoyennes

 Pour rappel, le cycle 3 a pour thématique principale : Nouveaux paradigmes urbains : aménagements, résistances et régulations dans la ville 2.0

La séance aura lieu en salle info 2, de 10h00-12h30, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Nous recevrons quatre intervenants qui discuteront les nouveaux paradigmes urbains en liens avec la mobilisation croissante des outils numériques. Ces outils permettent de capturer les problématiques de l’activisme au sein de l’urbain, de l’occupation et du détournement des espaces à l’étude des mutations profondes qu’ils subissent.

Les communications sont les suivantes :

– Maxime Le Calve : Marge en état de grâce, ethnographie d’une zone-frange urbaine à Hambourg

– Ivan Marquez et João Carneiro : Entre on-line et off-line, les mutations de l’espace public et de la ville chez #Occupy

– Ksenia Ermoshina : Créations en marge, effets de réseaux et usages numériques des artistes squatteurs 

Chacune des interventions fera l’objet d’une discussion entre les participants de l’atelier. 

Nous vous invitons à vous inscrire en écrivant à visionsurbaines [AT] gmail [DOT] com

Une bibliographie sera distribuée aux participants du séminaire, en début de séance, sur les points qui seront abordés dans le cadre de cette première séance du cycle 3 de Visions Urbaines. 

À mercredi !

// pour information //

CALENDRIER DES SEANCES DU CYCLE 3

 Smart Cities, technologies numériques et aménagement : du contrôle vertical, des usages horizontaux et de l’appropriation transversale des territoires.

15 Mai 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Traces et signe des réseaux et des infrastructures techniques. Marqueurs identitaires des territoires urbains, les usages augmentés du territoire.


22 Mai 2013, Amphi Rataud, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

N’hésitez pas à nous envoyer des propositions d’articles, de recensions et à nous signaler des colloques pour enrichir cette plate-forme. Vous pouvez toujours contribuer à la page Facebook @VisionsUrbaines et via Twitter également.

[CYCLE 2 SÉANCE 3] Densités urbaines, sédimentations archéologiques et impératifs économiques : hiérarchies et arbitrages des politiques patrimoniales in situ

Saclay centre

Nous nous retrouvons, mercredi 17 Avril 2013, pour la troisième et dernière séance du cycle 2 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

Densités urbaines, sédimentations archéologiques et impératifs économiques : hiérarchies et arbitrages des politiques patrimoniales in situ

Pour rappel, le cycle 2 a pour thématique principale : Identité(s) et controverses patrimoniales, la condition culturelle en ville. 

La séance aura lieu en salle info 2, de 10h00-12h30, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris 

Nous débuterons la séance par un retour sur les grandes questions relatives à la problématique du patrimoine en ville. Quelles hiérarchies sous-tendent les réseaux d’acteurs du patrimoine en présence? Quel paradigme patrimonial se construit à partir de cette tension entre les différents conflits d’intérêt de ces acteurs? Pour ouvrir le débat, nous remettrons en perspective les conclusions tirées des débats des deux séances précédentes, et nous proposerons quelques nouvelles pistes de réflexion. Selon quels arbitrages étaient décidés les grands projets architecturaux à l’époque moderne? Comment était intégrée la valeur patrimoniale à ces projets monumentaux, et quels arbitrages étaient réalisés pour conjuguer ensemble la mémoire du sol et des lieux ?

A ces premières perspectives historiques répondra la présentation de Caroline Scotto (Centre de Gestion Scientifique, Mines ParisTech) sur les arbitrages contemporains des politiques urbaines qui orientent les grandes décisions d’aménagement du plateau de Saclay. Quels impératifs modèlent l’aménagement et la mémoire de ce morceau de territoire, pour quel résultat prospectif ?

Nous reviendrons ensuite sur quelques controverses patrimoniales qui animent le débat public aujourd’hui, notamment sur la pratique de la prospection archéologique, et de l’utilisation (illégale?) des détecteurs de métaux sur différents sols, pour aborder la question de la propriété, omniprésente dans le débat sur le patrimoine. Res nullius ou res communis, comment cet ensemble hétérogène communément appelé patrimoine est-il d’abord approprié par l’Etat-nation, pour être ensuite dilué dans l’espace urbain progressivement? Quel droit à la vi(ll)e pour les objets patrimoniaux?

A partir de son expérience sur les grands chantiers de réhabilitation de site archéologique en Egypte, Marion Pérot (Ecole de Chaillot) fera la synthèse des grandes problématiques qui structurent la pratique architecturale et archéologique sur les grands sites labellisés « patrimoine de l’humanité », en montrant les réalités du travail sur le terrain, entre tensions et interprétation des modèles et « best practices » patrimoniaux.

Une bibliographie sera distribuée aux participants du séminaire, en début de séance, sur les points qui seront abordés dans le cadre de cette deuxième séance du cycle 2 de Visions Urbaines.

[CYCLE 2 SÉANCE 2] Le format patrimonial : architecture, authenticité fictive et projets de restauration/réhabilitation monumentaux

CASBAH3

Le format patrimonial : architecture, authenticité fictive et projets de restauration/réhabilitation monumentaux

Bonjour à tous,

Nous nous retrouvons, mercredi 27 Mars 2013, pour la deuxième séance du cycle 2 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm).

Pour rappel, le cycle 2 a pour thématique principale : Identité(s) et controverses patrimoniales, la condition culturelle en ville. 

La séance aura lieu en salle info 2, de 10h00-12h30, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris 

Nous débuterons la séance par un débat autour des grands enjeux du patrimoine à l’époque contemporaine, à partir d’une chronologie retraçant l’avènement de cette notion au sein de la théorie et de la pratique de l’aménagement du territoire. Nous ferons état du rôle clé que jouent les conventions nationales et internationales (et les controverses qui s’ensuivent) quant à l’inscription de certaines parties du territoire et/ou certains monuments au titre de secteur sauvegardé, patrimoine de l’humanité, en remettant en perspective la notion de lieu de mémoire déjà abordée lors de la première séance du cycle 2. Et nous explorerons cette institutionnalisation du patrimoine dans la production et la construction de l’espace urbain.

Nous engagerons le débat à partir de deux cas d’étude proposés respectivement par Farid Ziani, sur le cas des monuments religieux à l’épreuve des controverses identitaires en Algérie, perspectives coloniale et post-coloniale ; et par Bastien Couturier, autour de la problématique controversée du déclassement du patrimoine architectural en France, à partir de quatre enquêtes de terrain : il s’agit de montrer certains effets (marginaux?) de grandes opérations d’urbanisme sur le territoire qui conduisent parfois au déclassement du bâti, entraînant conséquemment l’annulation de la protection du bâti et/ou de la zone en question.

Quelles idéologies et pratiques sous-tendent l’inscription et le (dé)classement du bâti architectural au titre de patrimoine ? Est-il possible de parler d’un format patrimonial, d’un cadre commun à certaines zones du territoire national et international ; le cas échéant, selon quels critères, établis par quels acteurs du territoire? Quel réseau d’acteur décide de ces inscriptions, entretiens, restaurations, réhabilitations, déclassements de ce bâti « authentique », formant par là-même les « bonnes pratiques » patrimoniales et facilitant la diffusion de ce modèle patrimonial très spécifique en dehors des frontières ?

Une bibliographie sera distribuée aux participants du séminaire, en début de séance, sur les points qui seront abordés dans le cadre de cette deuxième séance du cycle 2 de Visions Urbaines. 

Bibliographie [CYCLE 2 SÉANCE 1]

Nous vous proposons de retrouver ici les quelques titres utiles pour enrichir les communications des intervenants de la première séance du cycle 1.

1. Introduction : exploration pragmatique et socio-technique des grands enjeux de la définition de la mémoire et du patrimoine dans l’aménagement du territoire

Jeffrey A. BARASH – « At the Threshold of Memory : Collective Memory between Personal Experience and Political Identity » in Meta : Research in Hermeutics, Phenomenology and Practical Philosophy, vol 3 n°2, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, 2011.

Diane BARTHEL-BOUCHIER, Ming MIN HUI – « Places of Cosmopolitan Memory », in Globality Studies Journal, Global History, Society, Civilization, n°5, Stony Brook University, 2007.

Françoise CHOAY – L’allégorie du patrimoine, Ed. Du Seuil, Paris, 1992.

B. GRAHAM, GJ. ASHWORTH, JE. TUNBRIDGE – A Geography of Heritage, Arnold Ed., Londres, 2000.

Maurice HALBWACHS – Les cadres sociaux de la mémoire, Albin Michel, Paris, 1994.

Anne HOLDEN RONNING – « Some Reflections on Myth, History and Memory as Determinants of Narrative », in Coolabah, vol 3, Observatori : Centre d’Estudis Australians, Australian Studies Centre, Universitat de Barcelona, 2009.

Gérard NAMER – Halbwachs et la mémoire sociale, L’Harmattan, Paris, 2000.

Paul RICOEUR – La mémoire, l’histoire et l’oubli, Ed. Du Seuil, Paris, 2000.

John SUNDHOLM – « Visions of transnational memory », in Journal of Aesthetics and Culture, vol 3, Karlstad University, 2011.

2. Mémoires institutionnalisées : patrimoines documentaires et représentation symbolique des pouvoirs et des territoires urbains 

Richet, D., La France moderne : l’esprit des institutions, Paris, Flammarion, 1973, 188 p.

Farge, A., , Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989, 156 p.

Guyotjeannin, O., « Les méthodes de travail des archivistes archivistes du roi de France XIIIe-XVIIIe siècle »
in Archiv fůr Diplomatik, 42, 1996 p 295-373

Potin Y., « L’État et son trésor », in Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 133, juin 2000. pp. 48-52.

Delsalle, P., « Bureaucratie, archivage et archivistique en France et en Espagne du milieu du XVIe siècle à 1714 », in Hélène Fréchet & Christian Hermann (dir.), Les monarchies françaises et espagnole du milieu du XVIe siècle à 1714, Paris, Éditions du Temps, 2000, 349 p., p. 291-311

Michaud, H., Les Formulaires de Grande Chancellerie, 1500-1580, Paris, Imprimerie Nationale, 1972

Michaud, H., La Grande Chancellerie et les écritures royales au seizième siècle (1515-1589), Paris, Presses
Universitaires de France, 1967

Michaud, H., Les registres de Claude Pinart, secrétaire d’Etat (1570-1588), in Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1962, t. CXX, p. 130-152

Saupin, G., « Les corps de ville dans la France moderne. Tendances historiographiques
récentes. », in Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, 2000, nos 3-4, p. 123-135

3. L’impact du concept de lieu de mémoire (P. Nora) dans la production littéraire, étude de cas à l’analyse de l’oeuvre de Graham Swift, Waterland

Ivan Janik, «History and the « Here and Now »: The Novels of Graham Swift», Twentieth Century Literature, Vol. 35, No. 1 (Spring, 1989), pp. 74-88

Les lieux de mémoire, Pierre Nora, Paris, Gallimard, tome 1, éd. augmentée, 1997

Pierre Nora, Présent, Nation, Mémoire, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, Gallimard, éd. 2011

Pamela Cooper, «Imperial Topographies : The Spaces of history in Waterland», Modern Fiction Studies, Volume 42, Number 2, Summer 1996, p. 371-396

Graham Swift, Waterland, Londres, ed William Heinemann, London, 1983

4. La mémoire des populations immigrées dans les espaces métropolitains

Amin, Ash. 2002. Ethnicity and the multicultural city: living with diversity. Environment and Planning A 34 : 959–980.

Brettell, Caroline B. 2000. Urban history, urban anthropology, and the study of migrants in cities. City & Society 12 (2): 129-38.

Brettell, Caroline. 2010. Bringing the City Back In: Cities as Contexts for Immigrant Incorporation. In American arrivals : Anthropology engages the new immigration, edited by Nancy Foner, 163 – 196. School of American research advanced seminar series. 1st ed. Santa Fe: School of American Research Press.

Glick Schiller, Nina and Ayşe Çağlar. 2011. Locating Migration: Rescaling cities and migrants. Ithaca: Cornell Univeristy Press.

Gupta, Akhil and James Ferguson. 1997. Culture, power, place : Explorations in critical anthropology. Durham, N.C.: Duke University Press.

Kubal, Agnieszka. 2011. ‘Discussing legal adaptations’. International Migration Institute, Working Papers 38, April.

Lefebvre, Henri. 1991. The production of space. Translated by Donald Nicholson- Smith. Cambridge, Mass.: Blackwell.

Levitt, Peggy. The Transnational Villagers. Berkeley: University of California Press, 2001 [Introduction].

Levitt, Peggy, and B. Nadya Jaworsky. 2007. Transnational migration studies: Past developments and future trends. Annual Review of Sociology 33: 129- 156.

Low, Setha. 1996. Spatializing culture: The social production and social construction of public space in Costa Rica. American Ethnologist 23 (4): 861-879.

Metropolis World Bulletin. 2005. ‘Our Diverse Cities’. Metropolis Volume 5. Available at www.metropolis.net

Portes, Alejandro, and Leif Jensen. 1989. The enclave and the entrants: Patterns of ethnic enterprise in Miami before and after Mariel. American Sociological Review 54 (6): 929-949.

Price, Marie and Benton Lisa. 2007. ‘Counting Immigrants in Cities across the Globe’. Migration Information Source. MPI. Available at: http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm?ID=567

Schiller, Nina Glick, and Ayse Caglar. 2011. Locating migration : Rescaling cities and migrants. Ithaca, N.Y.: Cornell University Press.
Vertovec, Steven. 2009. Transnationalism. London: Routledge

5. La spécificité de la construction, la transmission et la représentation d’une mémoire propre aux espaces sibériens, comparée aux autres espaces russes

Terence ARMSTRONG (dir.) – « The Remezov Chronicle », in Yermak’s Campaign in Siberia, Haklyut Society, Londres, 1975.

Michael BRANCH (dir.) – National history and identity, Studia Fennica, Ethnologica 6, éd. Finnish Literature Society, Helsinki, 1999.

Maria FERRETTI, La mémoire refoulée. La Russie devant le passé stalinien, in Annales. Histoire, Sciences Sociales. 50° année, N6, 1995. P1237-1257

Pierre GONNEAU, Aleksandr LAVROV, Des Rhôs à la Russie, PUF, 2012

Michael KHODARKOVSKY – Where two worlds met, Cornell University Press, 1992

Bruce W. LINCOLN – The conquest of a Continent : Siberia and the Russians, Random House, New-York, 1994
.
Nicolas WERTH – Histoire de l’Union soviétique, 6° édition, PUF, 2008.

[CYCLE 2 SÉANCE 1] Identité(s) et Controverses patrimoniales

 

La Maison Jaune à Beyrouth

La Maison Jaune à Beyrouth 

 

La séance se déroulera le Mercredi 20 Mars, de 14h à 16h, toujours en salle info 2, Nouvel Immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm 75005), en anglais et en français (au choix des intervenants).

Bonjour à tous,

Nous nous retrouvons mercredi 20 Mars 2013, pour la séance du cycle 2 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

Aux sources polémiques de la fabrique contemporaine des mémoires dans la ville. Etat des lieux des ruines et des inventaires patrimoniaux.

Pour rappel, le cycle 2 a pour thématique principale :

Identité(s) et controverses patrimoniales, la condition culturelle en ville. 

La séance aura lieu en salle info 2, de 14h00 à 16h00, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Nous débuterons la séance par une introduction aux grandes thématiques de ce cycle, à partir d’une exploration pragmatique et socio-technique des grands enjeux de la définition de la mémoire et du patrimoine dans l’aménagement du territoire.

Nous ferons ensuite état du rôle clé que joue l’institutionnalisation de la mémoire via les inventaires et les archives dans la production, la représentation et l’aménagement de l’espace urbain.

Nous engagerons le débat à partir de deux cas d’étude différents, présentés respectivement par Iris Saada, autour de la spécificité de la construction, la transmission et la représentation d’une mémoire propre aux espaces sibériens, comparée aux autres espaces russes ; et Asma Mohammad, sur la question des lieux de mémoire, et plus spécifiquement de l’impact de ce concept de Pierre Nora dans la production littéraire, en se basant sur l’exploration de l’oeuvre de Graham Swift, Waterland (1983) – intervention en anglais.

Un autre éclairage spécifique sera apporté par Gustavo Rangel, en ce qui concerne la problématique de la mémoire des populations immigrées dans les espaces métropolitains. Le cas d’étude se basera sur les circulations entre le Mexique et les Etats-Unis d’Amérique, les traces mémorielles de ces mouvements, et l’impact performatif de ces circulations matérielles et immatérielles dans la construction et l’information de ces identités mémorielles – intervention en anglais.

Quelles idéologies et praxis sous-tendent la création et patrimonialisation de la mémoire des territoires ? Quels usages de la mémoire cela suppose-t-il dans la pratique de grands projets urbains et la construction contemporaine d’un espace déjà envisagé sous l’angle d’une potentielle valorisation patrimoniale ? Quel est le réseau d’acteur en présence, de la mise en projet des mémoires juxtaposées dans la ville à l’effacement politique de matérialités/immatérialités mémorielles contraires?

Une bibliographie sera distribuée aux participants du séminaire, en début de cette séance riche en interventions, sur les points qui seront abordés dans le cadre de cette séance du cycle 2 de Visions Urbaines.

N’hésitez pas à transférer cette annonce à votre réseau, susceptible d’être intéressé par cette séance.

À mercredi,

N’oubliez pas de nous suivre sur notre page Facebook : facebook.com/visionsurbaines

N’hésitez pas à nous envoyer des propositions d’articles, de recensions et à nous signaler des colloques pour enrichir cette plate-forme.

Visions Urbaines

L’urbanité est, certainement aujourd’hui, l’objet d’étude culturel le plus universel. Saisir le phénomène ville, c’est comprendre son émergence, sa création – qui suppose la destruction d’autres formes de mise en société – son évolution et son éclatement, au fil des temps et des espaces mondiaux. Les réalités antiques, médiévales, modernes et contemporaines seront associées et mises en perspective parallèlement, afin de soulever les enjeux convergents et divergents de ces phénomènes urbains complexes et transversaux, et proposer un dialogue fructueux entre les traces originelles de l’espace urbain et les derniers plans locaux d’occupation des sols en vigueur, qui s’attachent à s’approprier un espace paradigmatique, simultanément utopique et hétérotopique, en devenir constant.