[CYCLE 2 SÉANCE 3] Densités urbaines, sédimentations archéologiques et impératifs économiques : hiérarchies et arbitrages des politiques patrimoniales in situ

Saclay centre

Nous nous retrouvons, mercredi 17 Avril 2013, pour la troisième et dernière séance du cycle 2 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

Densités urbaines, sédimentations archéologiques et impératifs économiques : hiérarchies et arbitrages des politiques patrimoniales in situ

Pour rappel, le cycle 2 a pour thématique principale : Identité(s) et controverses patrimoniales, la condition culturelle en ville. 

La séance aura lieu en salle info 2, de 10h00-12h30, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris 

Nous débuterons la séance par un retour sur les grandes questions relatives à la problématique du patrimoine en ville. Quelles hiérarchies sous-tendent les réseaux d’acteurs du patrimoine en présence? Quel paradigme patrimonial se construit à partir de cette tension entre les différents conflits d’intérêt de ces acteurs? Pour ouvrir le débat, nous remettrons en perspective les conclusions tirées des débats des deux séances précédentes, et nous proposerons quelques nouvelles pistes de réflexion. Selon quels arbitrages étaient décidés les grands projets architecturaux à l’époque moderne? Comment était intégrée la valeur patrimoniale à ces projets monumentaux, et quels arbitrages étaient réalisés pour conjuguer ensemble la mémoire du sol et des lieux ?

A ces premières perspectives historiques répondra la présentation de Caroline Scotto (Centre de Gestion Scientifique, Mines ParisTech) sur les arbitrages contemporains des politiques urbaines qui orientent les grandes décisions d’aménagement du plateau de Saclay. Quels impératifs modèlent l’aménagement et la mémoire de ce morceau de territoire, pour quel résultat prospectif ?

Nous reviendrons ensuite sur quelques controverses patrimoniales qui animent le débat public aujourd’hui, notamment sur la pratique de la prospection archéologique, et de l’utilisation (illégale?) des détecteurs de métaux sur différents sols, pour aborder la question de la propriété, omniprésente dans le débat sur le patrimoine. Res nullius ou res communis, comment cet ensemble hétérogène communément appelé patrimoine est-il d’abord approprié par l’Etat-nation, pour être ensuite dilué dans l’espace urbain progressivement? Quel droit à la vi(ll)e pour les objets patrimoniaux?

A partir de son expérience sur les grands chantiers de réhabilitation de site archéologique en Egypte, Marion Pérot (Ecole de Chaillot) fera la synthèse des grandes problématiques qui structurent la pratique architecturale et archéologique sur les grands sites labellisés « patrimoine de l’humanité », en montrant les réalités du travail sur le terrain, entre tensions et interprétation des modèles et « best practices » patrimoniaux.

Une bibliographie sera distribuée aux participants du séminaire, en début de séance, sur les points qui seront abordés dans le cadre de cette deuxième séance du cycle 2 de Visions Urbaines.

[CYCLE 2 SÉANCE 2] Le format patrimonial : architecture, authenticité fictive et projets de restauration/réhabilitation monumentaux

CASBAH3

Le format patrimonial : architecture, authenticité fictive et projets de restauration/réhabilitation monumentaux

Bonjour à tous,

Nous nous retrouvons, mercredi 27 Mars 2013, pour la deuxième séance du cycle 2 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm).

Pour rappel, le cycle 2 a pour thématique principale : Identité(s) et controverses patrimoniales, la condition culturelle en ville. 

La séance aura lieu en salle info 2, de 10h00-12h30, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris 

Nous débuterons la séance par un débat autour des grands enjeux du patrimoine à l’époque contemporaine, à partir d’une chronologie retraçant l’avènement de cette notion au sein de la théorie et de la pratique de l’aménagement du territoire. Nous ferons état du rôle clé que jouent les conventions nationales et internationales (et les controverses qui s’ensuivent) quant à l’inscription de certaines parties du territoire et/ou certains monuments au titre de secteur sauvegardé, patrimoine de l’humanité, en remettant en perspective la notion de lieu de mémoire déjà abordée lors de la première séance du cycle 2. Et nous explorerons cette institutionnalisation du patrimoine dans la production et la construction de l’espace urbain.

Nous engagerons le débat à partir de deux cas d’étude proposés respectivement par Farid Ziani, sur le cas des monuments religieux à l’épreuve des controverses identitaires en Algérie, perspectives coloniale et post-coloniale ; et par Bastien Couturier, autour de la problématique controversée du déclassement du patrimoine architectural en France, à partir de quatre enquêtes de terrain : il s’agit de montrer certains effets (marginaux?) de grandes opérations d’urbanisme sur le territoire qui conduisent parfois au déclassement du bâti, entraînant conséquemment l’annulation de la protection du bâti et/ou de la zone en question.

Quelles idéologies et pratiques sous-tendent l’inscription et le (dé)classement du bâti architectural au titre de patrimoine ? Est-il possible de parler d’un format patrimonial, d’un cadre commun à certaines zones du territoire national et international ; le cas échéant, selon quels critères, établis par quels acteurs du territoire? Quel réseau d’acteur décide de ces inscriptions, entretiens, restaurations, réhabilitations, déclassements de ce bâti « authentique », formant par là-même les « bonnes pratiques » patrimoniales et facilitant la diffusion de ce modèle patrimonial très spécifique en dehors des frontières ?

Une bibliographie sera distribuée aux participants du séminaire, en début de séance, sur les points qui seront abordés dans le cadre de cette deuxième séance du cycle 2 de Visions Urbaines.