[CYCLE 3 SEANCE 3] cycle 3 séance de clôture du séminaire : Traces et signes des réseaux et des infrastructures techniques, marqueurs identitaires des territoires urbains : les usages augmentés du territoire

 

ville flux nuit

Cher-e-s ami-e-s,

Nous nous retrouvons, mercredi 22 Mai 2013, de 10h à 12h30, pour la dernière séance du cycle 3 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

Traces et signes des réseaux et des infrastructures techniques, marqueurs identitaires des territoires urbains : les usages augmentés du territoire.

  Pour rappel, le cycle 3 a pour thématique principale : 

Nouveaux paradigmes urbains : aménagements, résistances et régulations dans la ville 2.0

ATTENTION CHANGEMENT DE LIEU

 La séance aura lieu dans la Grande Salle du site de Jourdan de l’ENS

(48 Bd Jourdan, Paris 75014, transports : RER B Cité Universitaires, Ligne 4 Porte d’Orléans, Bus 38 Porte d’Orélans)

 Nous vous proposons de nous réunir encore une fois, afin de construire ensemble une synthèse critique des discussions menées lors du troisième cycle de Visions Urbaines, et de revenir sur les grandes questions qui ont posé débat lors des deux dernières séances. Quels usages des nouvelles technologies pour fabriquer quelle ville? Nous invitons tous les précédents intervenants, et les participants aux table-rondes de nous rejoindre pour cette séance de clôture du semestre.

Après une introduction rapide des enjeux de cette séance, la première intervention de Melissa Bellesi (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy) portera sur : « La métamorphose des lots, Mémoire toponymique et modulation typologique ». Ses recherches doctorales la conduisent à expérimenter de nouvelles méthodes d’expertise du territoire, qu’elle nous exposera à travers d’un cas d’enquête monographique.

Une double intervention en écho s’ensuivra de Martin Tironi et David Pontille (Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines ParisTech-CNRS UMR 7185) sur : « Le souci des infrastructures urbaines, vers une écologie de la maintenance ». Cette communication vise à prendre au sérieux la vulnérabilité et la fragilité des infrastructures urbaines dédiées à la mobilité. S’appuyant sur le cas de la signalétique du métro parisien et du programme de vélos en libre-service Vélib’, elle mettra en lumière différentes opérations qui assurent jour après jour leur permanence et leur efficace. Plutôt que de considérer ces infrastructures urbaines comme des objets naturellement stabilisés et prêts à l’emploi, l’enjeu est de documenter l’importance du travail de maintenance dans les agencements sociomateriels qui composent l’écologie urbaine.

Nous nous retrouverons tous à la suite de ces intenses échanges autour d’un pot de clôture du séminaire-atelier !

Nous vous invitons à vous inscrire en écrivant à visionsurbaines [AT] gmail [DOT] com ainsi qu’à diffuser l’invitation à ce séminaire à qui de droit.

À mercredi prochain !

 N’hésitez pas à nous envoyer des propositions d’articles, de recensions et à nous signaler des colloques pour enrichir le carnet de recherche en ligne de Visions Urbaines : http://www.arvu.hypotheses.org . Vous pouvez toujours contribuer à la page Facebook @VisionsUrbaines et via Twitter également

TRANSPORT POUR SE RENDRE AU SEMINAIRE :

GRANDE SALLE, École Normale Supérieure, site de Jourdan, 48 Bd Jourdan, Paris 75014 (transports : RER B Cité Universitaires, Ligne 4 Porte d’Orléans, Bus 38 Porte d’Orélans)

 

[CYCLE 3 SÉANCE 1] L’ère numérique des marges urbaines : arts urbains, pollutions et nuisances digitales, activisme transnational et initiatives citoyennes

Metropolis

Bonjour à tous,

Nous nous retrouvons, mercredi 24 Avril 2013, pour la première séance du cycle 3 du séminaire-atelier de recherche de Visions Urbaines (Département de Géographie, ENS-Ulm) qui s’intitule :

 L’ère numérique des marges urbaines : arts urbains, pollutions et nuisances digitales, activisme transnational et initiatives citoyennes

 Pour rappel, le cycle 3 a pour thématique principale : Nouveaux paradigmes urbains : aménagements, résistances et régulations dans la ville 2.0

La séance aura lieu en salle info 2, de 10h00-12h30, à l’Ecole Normale Supérieure, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Nous recevrons quatre intervenants qui discuteront les nouveaux paradigmes urbains en liens avec la mobilisation croissante des outils numériques. Ces outils permettent de capturer les problématiques de l’activisme au sein de l’urbain, de l’occupation et du détournement des espaces à l’étude des mutations profondes qu’ils subissent.

Les communications sont les suivantes :

– Maxime Le Calve : Marge en état de grâce, ethnographie d’une zone-frange urbaine à Hambourg

– Ivan Marquez et João Carneiro : Entre on-line et off-line, les mutations de l’espace public et de la ville chez #Occupy

– Ksenia Ermoshina : Créations en marge, effets de réseaux et usages numériques des artistes squatteurs 

Chacune des interventions fera l’objet d’une discussion entre les participants de l’atelier. 

Nous vous invitons à vous inscrire en écrivant à visionsurbaines [AT] gmail [DOT] com

Une bibliographie sera distribuée aux participants du séminaire, en début de séance, sur les points qui seront abordés dans le cadre de cette première séance du cycle 3 de Visions Urbaines. 

À mercredi !

// pour information //

CALENDRIER DES SEANCES DU CYCLE 3

 Smart Cities, technologies numériques et aménagement : du contrôle vertical, des usages horizontaux et de l’appropriation transversale des territoires.

15 Mai 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Traces et signe des réseaux et des infrastructures techniques. Marqueurs identitaires des territoires urbains, les usages augmentés du territoire.


22 Mai 2013, Amphi Rataud, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

N’hésitez pas à nous envoyer des propositions d’articles, de recensions et à nous signaler des colloques pour enrichir cette plate-forme. Vous pouvez toujours contribuer à la page Facebook @VisionsUrbaines et via Twitter également.

Visions Urbaines

L’urbanité est, certainement aujourd’hui, l’objet d’étude culturel le plus universel. Saisir le phénomène ville, c’est comprendre son émergence, sa création – qui suppose la destruction d’autres formes de mise en société – son évolution et son éclatement, au fil des temps et des espaces mondiaux. Les réalités antiques, médiévales, modernes et contemporaines seront associées et mises en perspective parallèlement, afin de soulever les enjeux convergents et divergents de ces phénomènes urbains complexes et transversaux, et proposer un dialogue fructueux entre les traces originelles de l’espace urbain et les derniers plans locaux d’occupation des sols en vigueur, qui s’attachent à s’approprier un espace paradigmatique, simultanément utopique et hétérotopique, en devenir constant.